"Homesman" de Glendon Swarthout

Publié le par Onali

"Homesman" de Glendon Swarthout

J’ai toujours cette impression gênante de dévoiler un peu d’intimité à chaque fois que je parle d’un livre qui m’a bouleversé.

C’est un sentiment étrange que de livrer un peu de moi sous vos yeux indifférents, fatigués parfois étonnés. Mais je le fais quand même parce que je me dis toujours dans un coin de mon cœur, que si vous aimez un tant soit peu ce que j’écris c’est déjà une jolie petite victoire.

Le sentiment d’imposture est toujours vivace mais j’écris pour moi, pour me délester de ces petits trésors qui enchantent ma vie et qui, j’espère, peuvent également embellir un peu la vôtre, au moins pour un instant.

Aujourd’hui je vous parle d’un livre dont tout le monde a entendu parler, au moins ceux et celles qui jettent un œil à l’actualité littéraire et cinématographique.

Il s’agit du livre « Homesman » de Glendon Swarthout chez Gallmeister.

L’auteur nous livre le quotidien de femmes de l’Ouest, à cette époque ardue, dure et rude du XIXème siècle. L’itinéraire chaotique d’une ancienne institutrice qui décide de mener un convoi de femmes brisées par les conditions impitoyables de leurs vies. Cette femme sera secondée par un homme de la plaine, voyou et rebelle.

L’histoire est marquée par la désolation, l’antagonisme entre femmes et hommes et la violence brute qui se dégage de l’univers dans lequel évolue les personnages.

Ce que je retiens après ma lecture (et elle date de plusieurs mois déjà), c’est l’écho de ses femmes brisées. Elles ont basculé dans la folie ou le mutisme, elles sont déchirées et abîmées par cette vie que, parfois, elles n’ont pas choisie.

Pourtant l’écriture est enveloppante, elle nous berce comme une mélopée indienne lancinante. On se laisse attendrir par les dialogues et les gestes de pure bonté qui apparaissent, on sourit devant les caractères bien trempés des personnages, on se sent emplit de fierté face à l’héroïne du livre.

Malgré cela, au fil du récit nous voyons surgir le drame humain, la perte, la folie et la solitude qui nous rattrapent et nous fouettent le cœur.

Un livre d’une rare beauté et un récit de l’intimité féminine poignant.

"Homesman" de Glendon Swarthout chez Gallmeister.

NB: The Homesman est une adaptation du roman, Le chariot des damnées, publié par l'auteur américain Glendon Swarthout en 1988. L'adaptation devait être à l'origine réalisée par Paul Newman, qui avait acquis les droits du livre bien avant sa sortie en librairie accompagnée de deux prix littéraires. (source http://www.cineclubdecaen.com/realisat/jones/thehomesman.htm)

Publié dans Partitions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article