Les 10 changements qui annoncent que t'as vieilli. Que tu le veuilles ou pas.

Publié le par Onali

Les 10 changements qui annoncent que t'as vieilli. Que tu le veuilles ou pas.

J’ai vieilli. Je me vois encore attendre avec impatience mes 25 ans pour être libre, faire la fiesta et vivre à fond. Mais entre temps, j’ai vieilli. La bonne blague.

Pourquoi moi ? Mais surtout comment ?

-La fatigue. Quand avant, on enchaînait le travail après des nuits blanches, qu'on s'amusait tout le weekend sans penser à la semaine qui s'ensuivrait, boire autant qu'on voulait et se réveiller avec juste la tête un peu lourde, manger des pizzas sans avoir mal au ventre quelques heures après, avoir des fringales terribles en revenant de soirée et se faire la fameuse plâtrée de pâtes qui calait l'estomac, ne pas se soucier de nos obligations, juste de la prochaine fête avec les potes. Maintenant c'est une autre histoire. Parce que faire la fête, puis les courses, puis donner à manger au chat, faire la lessive, préparer le repas du soir, se lever pour aller au boulot, profiter de notre cher et tendre et refaire une soirée. Bah on ne peut plus. Sinon on tombe malade, on traîne un rhume pendant des semaines, on a des cernes, on est fatigué, on râle, on ne peut plus regarder le film du soir en entier, on a plus envie de rien à part dormir. Ou hiberner au choix.

-La peau moins élastique. Les marques d’oreillers (ou de bave, ou de plis des draps, ou de la patte du chat) dessinent des mandalas sur le visage, le cou, les fesses, les abdos (hinhin nan je déconne).

-L’absence de juste évaluation du temps. En soirée, on rigole (un peu), on picole (beaucoup), on danse (bizarrement mais ça c’est la picole), et puis d’un coup on se dit que « Pfiou j’ai un coup de mou moi, mais c’est normal il doit être tard ». Vous pensez qu’il est au moins deux heures du mat’, vous vous dîtes déjà que votre soirée était réussie, que vous êtes encore jeune et résistant à la fatigue et qu’il ne faut pas vous en conter à vous (expression de vieux), on sait toujours s’amuser jusqu'au bout de la nuit (et tu tapes, tapes, tapes, c'est ta façon d'aimer). Vous regardez donc l’heure sur votre Smartphone dernier cri et là…il est 23h38. Même pas minuit. C’est moche.

-Les questions qu’on ne devrait plus poser. Avec les réponses qu’on ne devrait plus répondre. Du style « Mais naaaaan tu ne connais pas la Nintendo 64 avec Ocarina of Time ? » « Bah non j’te dis tata » « Ah pourtant c’était le bon temps, on n’en fait plus des jeux comme ça, sans violence, juste jouer pour le plaisir » ALERTE. Une phrase, trois erreurs. Je vous laisse trouver.

-Les repas. Faire le tri dans ce qu’on mange. Refuser d’un geste en se disant que sinon le lendemain on dira bonjour aux brûlures d’estomac. Refuser un verre de vin parce que "non on conduit et que ça serait bête de perdre son permis comme ça" alors on reste sage comme des images. Dire non au dessert (sic). Le chocolat je ne le digère plus après 23h. Se dire qu’on mange trop tard et qu’on a plus faim. Faire des repas élaborés avec entrée-plat-fromage-dessert-digestif (késako)-café. Donner un coup de main à la préparation du susdit repas. Depuis quand on aide celui qui reçoit ? Depuis qu'on a vieilli mes amis.

-Les coïts. Pas la peine de s’attarder sur ce sujet (hinhin), seuls ceux qui vieillissent comprendront. D'ailleurs même l'utilisation de ce terme montre qu'on a vieilli. Et c'est valable pour ceux qui le comprennent.

-Les sujets de discussion. Que ça soit entre amis ou en couple, les sujets ont évolué. Plus question des dernières bringues, des dernières cuites, de combien t’étais déchiré, des photos-dossiers, des fous rires, des coups d’un soir, des maisons retournées, des courses poursuites en voiture, des retours de boîtes, des substances illicites, des bagarres, des amitiés d’un soir, des baisers échangés, des robes trop courtes, des chemises trop sales, du bon son, des flirts réussis, des nuits explosives. Maintenant on parle de maison, achat, location, prix, salaires, enfants à venir, mariage, shopping, voiture à remplacer, vacances à prendre, repas en famille, boulot, métro, dodo. REPOS.

-Le quotidien. Durant notre folle jeunesse, la semaine était consacrée à se remettre du weekend. Maintenant c’est le contraire.

-Les loisirs. Quand on était jeune, on se rassemblait chez l’un ou chez l’autre, celui qui avait la chance d’avoir des parents qui partaient souvent était déclaré meilleur pote de la Terre et sa maison QG de la bande. Oui voilà on parlait de « la bande », « des potes », « où sont les autres », « on se rejoint où ». Et on traînait, on se ravitaillait vite fait bien fait, on regardait des clips ou des films adoptés à l’unanimité, on préparait nos soirées, nos vacances, nos weekends. Tandis que maintenant, on est plutôt brocantes, lotos, repas en famille, weekend en amoureux avec notre coffret WonderBox, petit tour au marché, programme télé avec tricot et plaid, courses pour la semaine, déménagement, restaurants, shopping, marathon de série en retard. Et je ne vous parle pas de ceux qui ont des enfants. Ils sont hors classement.

-Les centres d’intérêts. Auparavant, à part la bouffe, les sorties, l’argent de poche et les copains, il n’y avait pas grand-chose d’autre. Maintenant, on est plutôt dans le courant aménager nos intérieurs, découverte des huiles essentielles, assainir nos espaces de vie, quelques expos, certains films d’auteur, le journal de 20h, le DIY, la reprise du sport, se passionner pour le home-made, le naturel, l'écologique. OMG.

Si tu te retrouve dans au moins deux descriptions, c'est que t'as vieilli.

Et si tu as moins de 25 ans et que tu te retrouve dans ce merveilleux et pertinent billet, c'est que tu es chelou. Mais ça c'est un autre problème.

Publié dans Litanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mean girl 27/01/2015 15:53

La vache, c'est exactement ça !!!
Bon, je me retrouve quasiment partout (n'en déplaise à l'image que j'essaie de me donner sur mon blog), mais c'est normal, j'ai 30 ans !
Tu verras, ça ne va pas en s'arrangeant, surtout pour la peau qui devient molle #putainsdetracesdoreiller
Mais franchement, devenir une vieille peau, ça a du bon aussi, et ça permet de justifier nos conneries de jeunesse et de se dire qu'on a bien fait de les faire, parce que maintenant, on aurait bien du mal à suivre !

Onali 27/01/2015 16:06

On a qu'à dire que notre peau est destinée à pendouiller lamentablement au fil des années, et qu'on y échappera pas.

Le plus quand on vieillis : l'auto-dérision !
Puisqu'on a du mal à suivre (ça dépends dans quel domaine heiiiiin) et bien on peut, dorénavant, se fiche des autres moi j'dis. Assises sur notre banc, en marmonnant dans nos barbichettes...
Les privilèges de l'âge avant l'âge tiens !